ATEG VI

 

 

 

Dans le cadre de la valorisation de ses travaux, le Projet Collectif de Recherches AnTaReC, Antiquité tardive en région Centre-Val de Loire, (https://antarec.hypotheses.org/) organise les 6, 7 et 8 décembre 2018 les sixièmes journées de l’ATEG en partenariat avec l’Université de Tours, les équipes de recherche CeTHiS et CITERES/ LAT et avec le soutien du Service Archéologique de la région Centre-Val de Loire et de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives.
Le colloque ATEG VI s’intitule « L’Antiquité tardive dans le centre et le centre-ouest de la Gaule (IIIe-VIIe siècles) ». Il s’inscrit dans la continuité des cinq rencontres consacrées à l’Antiquité tardive dans l’Est de la Gaule depuis 2008, dont il reprend les attendus méthodologiques de croisement entre histoire et archéologie, mais pour une aire géographique étendue à l’ensemble des provinces de Gaule et de Germanie. Cette extension du cadre territorial accompagne la transformation d’ATEG en association (L’Antiquité Tardive En Gaule) ( https://ateg.hypotheses.org/).
Le colloque a pour cadre le centre de la Gaule. L’aire géographique retenue correspond aux provinces romaines d’Aquitaine Ière, Lyonnaises Ière, IIIe et IVe, ensuite intégrées aux royaumes franc, wisigoth et burgonde, c’est-à-dire aux actuelles régions Centre-Val de Loire, l’est des Pays de la Loire, le sud de l’Île-de-France, le nord de la Nouvelle Aquitaine, l’ouest de l’Auvergne-Rhône-Alpes et de la Bourgogne-Franche-Comté, pour une période qui couvre le IIIe siècle au milieu du VIIe siècle.
Ce colloque scientifique à portée internationale doit être vu comme une rencontre entre archéologues et historiens. Il permettra de renouveler les connaissances sur la transition entre Antiquité et haut Moyen Âge dans le centre et le centre-ouest de la Gaule. Les organisateurs souhaitent diffuser l’abondante documentation récemment fournies par les nombreuses fouilles archéologiques préventives et programmées, associée au renouvellement des questionnements posés aux sources écrites, en proposant des premières synthèses régionales ou micro-régionales ainsi que des interprétations nouvelles d'une documentation préexistante.


Le colloque s’articule autour de trois thèmes :
- les transformations culturelles et sociales,
- les évolutions des territoires,
- l’économie et culture matérielle.


Conséquences des transformations administratives et politiques, l’occupation des territoires ne présente pas, en tous lieux, les mêmes formes qu’au Haut-Empire. Ces questions seront envisagées tant pour les villes que pour les campagnes. Les recompositions sociales entre le IIIe et le VIIe siècle paraissent nombreuses : apparition de nouvelles élites, présence des agents de l’État, y compris sous leurs déclinaisons militaires et « barbares ». Ces recompositions accompagnent ou précèdent d’importants mouvements de mécontentements sociaux, bien attestés pour le centre de la Gaule entre le IIIe et le Ve siècle. Le devenir des cultes traditionnels, les processus de christianisation et leurs effets, la question de la culture écrite et littéraire et de ses évolutions seront également abordés. Les mutations de l’économie concerneront l’artisanat et les sites de productions (sidérurgie, céramique, etc.). Ces thèmes impliquent que soient traitées en parallèle les questions de réseaux de communications, d’organisation des échanges (monnaies, matières premières, denrées alimentaires, produits manufacturés etc.), et de l’évolution des modes de consommation et de production.
Le colloque devrait ainsi permettre de mieux saisir les formes et les rythmes du passage de la société gallo-romaine classique aux mondes du haut Moyen Âge entre la fin du IIIe siècle et le milieu du VIIe siècle dans le centre de la Gaule.

 

 

 

L’association ATEG

 

 

 

L’association ATEG « a pour but de promouvoir les études d’archéologie et d’histoire portant sur la Gaule de l’Antiquité tardive (IIIe-VIe siècles) dans les pays suivants : Allemagne, Belgique, France, Luxembourg, Pays-Bas, Suisse ». Elle a comme objectif de favoriser les recherches interdisciplinaires et internationales, de favoriser la liaison et l’information entre archéologues et historien(ne)s. Elle organise un colloque international itinérant tous les deux ans. Ces journées s’organisent autour d’un thème général qui se décline, en sous-thèmes (généralement, trois sessions). Ces rencontres bisannuelles seront complétées par des journées d’actualité.

https://ateg.hypotheses.org/

 

 

 

Personnes connectées : 2